Menu
Veaux & Génisses

Génisses laitières : et si vous passiez à la paille ?

par Nicolas LAIR

Partager cet article

En élevage laitier, face à un fort déficit fourrager, le premier objectif est de réserver les meilleurs fourrages aux vaches laitières. Le foin et/ou le maïs habituellement distribué en partie aux génisses, peut être réservé en intégralité pour les vaches, surtout lorsqu’il est de bonne qualité (récolte précoce généralement). Donner de la paille aux génisses est réalisable à la fois pour les jeunes de moins de 6 mois mais aussi pour toutes les autres, même si d’un point de vue technico-économique il est plus intéressant d’utiliser d’autres sources de fourrages après 4-6 mois pour limiter les apports de concentrés.

Quel type de paille utiliser ? 

 

Les pailles de céréales mais aussi de protéagineux peuvent servir à l’alimentation des génisses laitières (cf. tableau 1)

Les pailles de protéagineux présentent un encombrement plus faible que la paille de céréales et une valeur alimentaire un peu supérieure, ce qui limitera les quantités de concentrés nécessaires. 

Prévoir 1,1 à 1.2 kg brut de paille par 100 kg de poids vif soit 3.5 à 4 kg brut de paille pour une génisse d’un an et 4.5 à 5 kg brut paille pour une génisse à l’I.A. 

 

Tableau 1 : Valeurs de différentes pailles et d’un bon foin (au kg MS)

 

Fourrage 

Valeur d’encombrement UEL UEB 

 

UFL 

 

PDIN 

 

PDIE 

UELUEB
Paille de blé1;61,80,422244
Paille d'orge     
Paille d'avoine  0,442446
Paille de pois1,51,70,502048

Paille de féverole 

 

 

 

 

 

 

5

1,5

5

1,1

4

1,1

7

5

1,7

 

1,2

7

1,3

3

0,53

0,45

 

 

 

 

 

42

31

 

 

 

 

 

60

51

 

 

 

 

 

Foin de prairie naturelle 

epiaison

1,1

1

1,2

 

0,72

 

69

 

82

 

Source : Table INRA 2007

 

Quel concentré utiliser et combien en apporter? 

 

La valeur alimentaire de la paille est certes plus stable que celle du foin mais nettement moins riche en énergie, en azote et moins ingestible. La paille nécessite donc une complémentation de 3 à 4.5 kg brut de concentrés pour obtenir une croissance hivernale correcte (cf. tableaux 2 et 3 ci-dessous). A hauteur de 3kg brut/GL/jr, les croissances plafonnent entre 600 et 800gr selon l’âge. En conséquence, l’objectif d’âge au vêlage sera retardé à proportion de la durée de rationnement aux génisses.  

Le concentré doit être équilibré (1 UF - 115 à 120 g de PDIN et 105 à 110 g de PDIE/kg brut). Il peut s’agir d’un concentré du commerce type VL 2,7 l ou d’un mélange fermier composé de céréales aplaties grossièrement (blé, orge, triticale), de tourteau de soja ou colza et de minéral. A noter, plus le complément est énergétique et moins l’apport de concentré est important. D’un point vue économique, il est également pertinent de faire le lien entre le coût (€/T) et la valeur énergétique (UFL) du concentré ou du mélange.  

Afin de simplifier le travail, le même mélange fermier peut être donné de la naissance au vêlage. Les proportions à retenir sont les suivantes : 

65 % de céréales + 35 % de tourteau de colza + 30 g de 0/30/6 par kilo de mélange. 80 % de céréales + 20 % de tourteau de soja + 30 g de 3,5/27/5 par kilo de mélange. Pour sécuriser la ration il est également possible d’incorporer au mélange 8% de coque de soja pour augmenter les apports de cellulose digestibles 

Les mélanges fermiers proposés sont néanmoins pauvres en cellulose : ils sont donc à distribuer en complément d’une paille fraiche et accessible tout au long de la journée (si les animaux n’ingèrent pas de paille : risque d’acidose / sous valorisation de la ration : GMQ plus faible).  

Aujourd’hui, les Coproduits sont une opportunité technique et économique pour les génisses:  

  • L’amyplus est intéressant sur toutes les rations puisqu’il a des valeurs équilibrées. Pour des rations paille, il sera à associer avec une source azotée à hauteur de 100gr/jour/100kg de poids vif, sur une base 42% de MAT.  

  • Le Corn Gluten Feed est un produit à privilégier sur des rations à base de paille ou des foins/enrubannage avec de faibles valeurs MAT. Attention néanmoins à l’appétence de ce type d’aliment distribué seul dans une ration sèche.  

Unités

En % de Matière Sèche/ kg de MSg / kg de MS
ProduitsMSMATAMIDONCBMGUFLUFVPDINPDIEPDIAPCa
Amyplus9016-17197,44,71,051,12110100407,51,1
Corn Gluten Feed8819,3208,52,71,051,0314411656101,8

 

 

Tableau 2 : Repères des quantités de concentrés à apporter aux génisses avec de la paille de céréales mise à volonté – Vêlage précoce 24/26 mois

 

3 à 4 mois 

5 à 6 mois 

6 à 12 mois 

14 à 18 mois 

Poids vif kg 

100 kg 

200 kg 

250 kg 

420 kg 

GMQ g/j 

1100 g/j 

1200 g /j 

850 g/j 

800 g/j 

Total conc. Kg brut 

3.3 kg 

4.2 kg 

4 kg 

4 kg 

Blé en kg brut 

2,4 kg 

3.1 kg 

3.2 kg 

3,2 kg 

Tx soja en g brut 

600 g 

800 g 

800 g 

800 g 

Coque de soja 

240 g 

320 g 

Minéral en g brut 

60 g 

60 g 

80 g 

80 g 

 

 

Tableau 3 : Repères des quantités de concentrés à apporter aux génisses avec de la paille de céréales mise à volonté – Vêlage 32 mois ou plus

 

3 à 4 mois 

5 à 6 mois 

6 à 12 mois 

14 à 18 mois 

Poids vif kg 

100 kg 

200 kg 

250 kg 

350 kg 

GMQ g/j 

1100 g/j 

1100 g/j 

600 g/j 

500 g/j 

Total conc. Kg brut 

3.3 kg 

4kg 

2,8 kg 

3 kg 

Blé en kg brut 

2.4 kg 

3 kg 

2,2 kg 

2,4 kg 

Tx soja en g brut 

600 g 

750 g 

600 g 

600 g 

Coque de soja 

240 g 

300 g 

Minéral en g brut 

60 g 

60 g 

60 g 

60 g 

 

Quelles sont les conditions de réussite ?

 

Faciliter l’ingestion, la paille devra être bien conservée, appétente et à volonté. Une distribution journalière sera d’autant plus nécessaire si le concentré n’est pas mélangé à la paille. Les génisses trient la paille (sauf si elle est broyée), ce n’est pas parce qu’il reste de la paille dans l’auge qu’elle sera consommé par les animaux.  

La paille de bonne qualité se consomme en général bien. Il faut d'abord vérifier la réaction des animaux après quelques jours de transition. L'apport d'aliment liquide mélasse (non ammoniaquée) à hauteur de 0,5 kg par animal et par jour peut être envisagé. 

Afin d’éviter des problèmes d’acidose, la distribution des concentrés devra être fractionnée en deux repas par jour.  

Les lots doivent être homogènes : chaque animal doit avoir sa place à l’auge. Limiter les lots à 5-6 animaux jusqu’à 12 mois pour limiter la concurrence lors des repas. 

Mettre des pierres de sel à disposition et assurer un abreuvement de qualité et à volonté. Les points d’eau sont à vérifier et à nettoyer tous les jours.  (cf article "L'eau d'abreuvement en bâtiment : extrême rigueur par fortes températures !")

 

Article co-écrit avec Antoine RENAUDIER - Conseiller Lait Seenovia

 

Contacter l'auteur

Des questions ?
Nos experts vous répondent !