Menu
Agriculture bio

Logement des veaux : que dit le cahier des charges bio?

par Nadège VIEL

Partager cet article

L’application du cahier des charges biologique concernant le logement des veaux va se durcir en janvier 2021. Jusqu’à cette année, les auditeurs étaient tolérants sur le point stipulant que «tous les animaux doivent pouvoir avoir accès à du plein air dès que les conditions climatiques le permettent» : les veaux étaient comme exemptés de ce paragraphe.

Afin d’avoir un cahier des charges bio appliqué de façon cohérente à l’échelle nationale et pour répondre à une demande sociétale de plus en plus forte sur le bien-être animal, cette notion d’accès à l’extérieur sera appliquée à toutes les catégories animales, dont les veaux. Quelles sont les répercutions à prévoir dans les exploitations ?

A partir de janvier 2021, les élevages n’ayant pas prévu un accès à l’extérieur pour leurs veaux risqueront des sanctions, allant du simple avertissement à la suspension partielle de la certification, selon les cas. Au moment de la rédaction de cet article, un certain nombre de points sont encore en cours de négociation : A partir de quel âge les veaux devront-ils sortir ? Quel pourcentage de surface doit être à l’extérieur ? La situation sanitaire Codiv-19 a également brouillé le calendrier : sera-t-il appliqué en janvier, ou plus tard ?

Quelques rappels

En plus de l’accès possible du veau à l’extérieur, le cahier des charges biologique interdit de loger un veau âgé de plus de 7 jours en niche individuelle (sauf pour une durée limitée et dans une situation justifiée par des raisons vétérinaires).

Une niche ou une case doit comporter un sol en dur, de la litière et être de taille suffisante pour que le veau puisse se retourner et s’allonger sur toute sa longueur (la longueur de la niche doit être supérieure à la taille au garrot et la longueur doit être supérieure à la longueur du veau multipliée par 1,1). Les parois doivent permettent le contact visuel et tactile entre veaux (sauf pour les animaux malades isolés).

Après une semaine d’âge, les veaux doivent être ainsi par deux au minimum. Les surfaces minimales à respecter sont les suivantes :

Poids vif (kg)

Surface intérieure (m2)

Aire d’exercice extérieure à l’exclusion du pâturage (m2)

≤ 100

1,5

1,1

≤ 200

2,5

1,9

≤ 350

4

3

> 350

5 avec un minimum de 1 m2/100 kg vif

3,7 avec un minimum de 0,75 m2 / 100 kg vif

Surfaces minimales accessibles pour les veaux (cahier des charges bio)

Par conséquent, même les veaux encore au lait doivent pouvoir avoir accès à une aire d’exercice extérieure, quand les conditions climatiques le permettent.

Qu’entend-t-on par aire extérieure ?

Il s’agit a minima d’une aire bétonnée avec un toit et une partie découverte. A l’heure de la rédaction de cet article, le pourcentage d’aire découverte n’est pas défini (les négociations sont en cours au niveau national). Idéalement, le veau a accès à un enclos.

Un rappel concernant les caillebotis : le règlement impose 50 % minimum en dur en intérieur et 50 % minimum de surface en dur à l’extérieur, indépendamment. Cela interdit donc les niches entièrement sur caillebotis, même s’il y a une courette extérieure !

Pour résumer, les veaux de plus de 7 jours doivent vivre en collectivité. Les surfaces minimales à assurer dépendent du gabarit du veau. Les caillebotis sont acceptés, s’ils représentent moins de 50% de la surface. La surface en dur doit être couverte d’une litière d’origine naturelle.

Etant donné les incertitudes qui planent encore sur la nouvelle lecture du cahier des charges biologiques, nous conseillons les éleveurs de commencer à réfléchir aux différentes solutions qui s’offrent à eux, sans pour autant se lancer dans des signatures de devis ou des débuts de travaux. En effet, selon les définitions qui sont aujourd’hui en cours de négociation (pourcentage d’aire découverte, âge minimal…), les répercutions pourront être différentes. 

Pour en savoir plus, consultez notre article : En bio, quelles solutions pour loger mes veaux ?​​​​​​​

Contacter l'auteur

Des questions ?
Nos experts vous répondent !